Coronavirus


Depuis hier, je lis les messages sur les réseaux sociaux. Je sais que je ne devrais pas lire ça. Mais bon… Le Québec vit une crise et j’aime être au courant des développements. En passant, j’ai vécu la crise du verglas et … je pense que celle-ci sera pire étant mondiale.

Je n’ai pourtant pas peur du virus. Je vous le jure. Je fais ce qu’il faut. Je suis les consignes comme une bonne petite élève. Ce qui m’inquiète au plus haut point, ce sont les gens…. J’ai envie de dire les ‘’gensses’’! Ouf!

Juste hier, après le boulot. Il me manquait pour le souper une salade, du café et de l’huile d’olive. Je suis arrêtée chez mon marchand d’alimentation habituel et j’ai constaté que quelque chose n’allait pas. Pour un jeudi soir, le stationnement était plein, archi- plein. En entrant dans le portique, je remarque qu’il reste 5 paniers et pas les GROS, les petits.

J’en prends un!

J’ose entrer même si mon 6e sens me dit de rebrousser chemin. Le commerce est plein à craquer. Les paniers des ‘’gensses’’ sont pleins comme si c’était la veille des festivités de Noël.

Je me questionne!

Je fais quand même toutes les allées, même si nous avons du mal à circuler.
Mon subconscient m’incite à mettre plus que les 3 aliments de ma liste dans le ‘’caddy’’. C’est fort, hein… la folie?
Ma curiosité me pousse même à passer dans l’allée du ‘’papier cul’’. Y en a pu!
J’arrive aux caisses. Je n’ai jamais vu autant de monde attendre, même un samedi en fin de journée.
Ma facture s’élève à 80.56$. Que s’est-il passé?

Je pense que j’ai été victime … de folie!  Je paie mon dû et rentre rapidement chez moi pour m’installer confortablement sur les réseaux sociaux, car il se peut que les écoles ferment.

À 19h46, la décision tombe. Pas d’école demain. Je ne sais pas quoi penser. C’est sûr que quelques journées de congé c’est bienvenu, mais il y a…. les ‘’gensses’’!

Depuis la décision (ce matin) du premier ministre M. Legault de fermer les écoles pour 2 semaines, il y a une multitude de commentaires (que je ne devrais pas lire) sur les médias sociaux.

Qu’allons-nous faire de nos enfants? On doit aller travailler!

Allons-nous être payés? C’est dur 2 semaines sans salaire!

Faut se battre au COSTCO pour avoir du papier de toilette ou des patates!

Les maudits profs eux, ils seront payés! Pourquoi pas nous?

Je vous avoue que tout cela m’interpelle. Je pourrais dire que cela me fâche ou m’enrage, mais non! Encore une fois, je me questionne!
Je me questionne sur notre société.

Où mettre nos enfants? C’est tellement une bonne question. Serait-il le moment d’allumer et de se créer un filet social? Lâcher le virtuel et se remettre au réel.  Parler à nos voisins, entretenir de bonnes relations avec les membres de notre famille? Développer des liens afin de favoriser l’entraide dans notre communauté? On jase!

Allons-nous être payés? Je pense tout de suite au fameux ‘’coussin’’ dont McSween nous parle depuis qu’il est le comptable le plus connu du Québec. Je sais que ce n’est pas facile pour tout le monde, mais est-il venu le temps de réaliser que vivre au-dessus de ses moyens n’est pas une super idée! On jase là!

Et quand on va au COSTCO faire des achats on va y croiser plus de 250 personnes. Les gens vont nous postillonner dessus. On pense à notre ti-nombril et on se fout des recommandations de la santé publique! On peut-y penser aussi à son voisin qui est dans le même bateau que nous? Jean-Paul qui a besoin d’un paquet de pâtes Catelli… tu prends les deux derniers. Pas chic! Georgette qui a besoin d’un litre de Purell pour sa grand-mère, tu ramasses toute la tablette! Grrr!  Jean-Jacques qui adore les pets de sœurs et il ne reste qu’un paquet… tu pourrais peut-être lui laisser, sa dent sucrée le fait souffrir.  La solidarité en cas de crise humanitaire… misère, les ‘’gensses’’, ‘’Wake up’’, on est tous dans le même bateau!  PEACE! Faut qu'on jase!

Et finalement, les profs qui seront payés! Oh, scandale! Gang de gras durs! Deux mois de congé et maintenant … deux semaines de vacances payées. C’est le ministre qui l’a dit! Et en plus, le ministre ne les oblige même pas à envoyer des travaux aux élèves. Ben moi, je réponds à nos détracteurs et je suis contente qu’il y en ait! ‘’ Venez, enseigner avec nous. Venez nous rejoindre! On est en pénurie! C’est le moment de postuler! Allez, soyez braves et courageux! On vous attend!

Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés